Accueil Les oulipiens de l’année La nuit
Belle de nuit

Page précédente Page suivante

– Ma belle de nuit... Quand elle m’aura mis le feu, je ne verrai plus que ma belle de nuit. Quand il y a le feu de l’amour, il n’y a plus que ce feu qui compte. Ce feu est un hypnotiseur. Ce soir, regarde, l’amour a chassé tous les nuages entre nous ! Punaise ! Du plafond, la lune éclaire ta peau cuivrée et l’arrondi de tes ongles soignés. Il ne fait plus frisquet, bien sûr, et on se respire, et on se serre, c’est les vacances, c’est comme les vacances. C’est vrai que le manque amer nous fera mal, l’infinitude des sentiments n’est pas sous notre ciel. On ne s’attendra pas, tu pars en vacances si vite, et peut-être aussi pour longtemps. Regarde cette histoire, je la vois, tu la vois, et pourtant elle n’existe plus, s’il faut en croire les affaires de cœur.