Accueil Les oulipiens de l’année Retour de Babel
Belle absente

Page précédente Page suivante

Passer une frontière est toujours quelque chose de bien émouvant
Un bord fictif, fait d’un vilain rondin, jamais plus haut qu’un gamin
Suffit à changer l’ensemble de la vue, jusqu’au paysage même :
Le vent, la glèbe identiques, le chemin juste un peu modifié,
Les affiches de la berme sont neuves, presque jolies ;
Qui jadis pouvait voir un fournil s’ahurit d’un magasin biscornu,
Et, long ou rond, blanc ou acajou, la forme de chaque pain varie.

Belle absente sur le prénom de l’auteur d’Espèces d’espaces.