Accueil Les oulipiens de l’année Traverse la terre
Aujourd’hui le ciel noir

Page précédente Page suivante

Aujourd’hui, le ciel noir faisait craindre une averse.
Alors, redoutant bien d’être inondé d’un fleuve
Ruisselant, et toujours dans la crainte qu’il pleuve,
J’empruntai au hasard un chemin de traverse.

C’était le vieux chemin qui conduit à la rive
Du fleuve dont le nom tous les mortels obsède,
Celui qui du défunt la pauvre âme possède :
On le nomme Achéron, c’est bien là qu’on arrive.

Je reste là, songeur. Il n’est plus de suspense !
Pétrifié, interdit, je suis celui qui pense
A la fin de ma vie dire adieu à la terre,

Adieu à tous mes biens, tout ce que je possède.
Au baiser de la Mort il n’est point de remède
Sur la rive du fleuve où je veux qu’on m’enterre.