Accueil Les oulipiens de l’année Cité récitée
Annan et les bluesy baroudeuses

Page précédente Page suivante

Perchées sur nos chamelles, nous arrivâmes enfin à destination.
Notre épuisante équipée sous la fournaise s’arrêtait là, dans cette
gorge, cette hamada hostile à l’imperturbable immobilité de journées en
kyrielles de lenteur lassée. Les murailles même semblaient porter la
notification d’une objurgation à la peine. A cette quasida ajoutons la
rumeur rémanente de la sibilance qui vient en tornade feuler ses
ululations, sorte de vocifération d’une walkyrie implantée par
xénogreffe ou, brassée dans une yaourtière, une zarzuella zinzin. (...)

Ce texte ne comporte que des substantifs féminins, un pour chaque lettre dans l’ordre alphabétique. Si des adjectifs les accompagnent, ils devront porter la même lettre initiale.