Accueil L’oulipienne de l’année Cité récitée
Ah nan, ou la mauvaise destination

Page précédente Page suivante

Au village sans prétention
On risque la suffocation
Les humains et les dromadaires
Respir’nt du sable mais pas d’air
Je ne fais pourtant de tort à personne
En n’écoutant pas le vent qui claironne
Mais les brav’s gens d’ici croient que
Les cailloux en savent plus qu’eux
Oui les brav’s gens d’ici croient que
Les cailloux en savent plus qu’eux
Tout le monde est tout à fait sûr
Que c’est le vent qui tient les murs

Chez nous les gamins de dix ans
On les éduqu’ pas en disant
« Fais c’que j’dis ou t’auras un’ claque »
On leur fourr’ la main dans le sac
Je ne fais pourtant de tort à personne
En ne croyant pas aux pierr’s qui raisonnent
Mais les brav’s gens d’ici croient que
Les cailloux en savent plus qu’eux
Oui les brav’s gens d’ici croient que
Les cailloux en savent plus qu’eux
Tout le monde est persuadé
Qu’Dieu joue aux oss’lets pas aux dés

Chaque homme doit se résigner
Au sort qui lui est assigné
Travail amours enfants trépas
Cela ne se discute pas
Je ne fais pourtant de tort à personne
En n’acceptant pas l’avenir qu’on m’donne
Mais les brav’s gens d’ici croient que
Les cailloux en savent plus qu’eux
Oui les brav’s gens d’ici croient que
Les cailloux en savent plus qu’eux
Tout le monde se dit certain
D’avoir mérité son destin

(d’après Georges Brassens et Hervé Le Tellier)