Accueil L’oulipienne de l’année C’est un soir de vent
Ris ô soir !

Page précédente Page suivante
Semblable soir sape et crible l’humeur en passoire.
Jamais aucune terre, non, n’a subi pire tonnerre ;
jamais telle pluie à nul n’aurait plu, i.e.
Or, ces cases, dont elle a lu et relu liste illustrée,
parviennent à l’absorber, autant qu’à raser Bob ;-)
Va donc lire ça : l’éclair
fouette, sorte de fée tout irritée ;
aux espoirs de trêve, l’Hun répond : « Hurlevent ! »,
il émet sept tempêtes !
Ça aura été nerf et muscle au coin de la fenêtre,
car de ce cadre,
s’infiltre un litre fin coulant
comme le brie, cognant comme le bélier...
Ô gare à l’orage,
si brusque que brus et gendres en rut psalmodient :
« En rond faisons le tour des frondaisons
dont le vert ne décrit que danse du ventre ! »
Soudain, oui dans l’obscurité,
on les voit sauter au très grand bruit,
pareils que le plus petit d’enfants qui déjà fanent, s’effrayant
d’entendre l’effet où s’étouffe
l’appel flétri du cri : « Allons ouïr les carillons... »

Chaque vers contient une anagramme où 1 mot <=> 2 mots.