Zazie Mode d'Emploi
Accueil > L’oulipien de l’année > 2005 : Vers à soie > Les ve’s à mad’as (quato’zain en ve’s lib’es)
Page précédente Page suivante

Les ve’s à mad’as (quato’zain en ve’s lib’es)



Les ve’s à mad’as mu’mu’ent dans le mû’ié
ils ne dévo’ent pas ces mû’es blafa’des et ‘amollies
‘emplies d’un suc’e dont on n’ext’ait pas de ‘hum
les ve’s à mad’as qui sont pe’sévé’ants et vulné’ables

g’ignotent les f’ondaisons avec un b’uit de ga’gouillis
ça les endo’t mais autou’ de leu’ encolu’e
ils ou’dissent un fou’eau a‘ondi aux ext’émités
avec le co’don qu’ils sec’ètent, puis do’ment ‘assu’és

En le déto’tillant on ti’e un co’don de mad’as
dont on fab’ique pou’ une me’veilleuse c’éatu’e une ‘obe
me’veilleuse pa’eillement qu’elle po’te avec allu’e

Quand la c’éatu’ meu’t on ente’e le mad’as
avec son co’ps et on ‘epique, su’ sa sépultu’ en octob’e,
un mû’ié où sans a’êt les ve’s à mad’as mu’mu’ent.

Jacques ‘oubaud (Le Bestiai’e c’é’ole)


rss | admin | site sous spip