Accueil L’oulipienne de l’année Vers à soie
Le ver à soye

Page précédente Page suivante

L’ ver à soy’ murmur’ dans l’ mûrier.
Y mang’ pas ces mûr’s blanch’s et molles,
Plein’s d’un sucr’ qui n’ fait pas d’alcool.
L’ ver à soy’ qu’est patient, douillet,

Tortor’ les feuill’s en f’sant l’bazar !
Ça l’endort… mais sur ses endosses
Y tiss’ un cocon comme eun’ cosse
En fil ed’ bav’, puis dort pénar…

En l’ dévidant j’tire un fil d’ soye
Dont j’ fais pour eun’ bell’ Dam’ eun’ p’lure
Belle égal’ment qu’ell’ port’ très bien.

Quand la Dam’ clam’c’ j’enterr’ la soye
Avec et j’ plant’ sur ell’ en juin
Un arbr’ où l’ ver sans fin murmure…

Jacqu’s Roubaud & Alain Ch’vrier, d’après Jehan Rictus (Les Bestioles
du pauv’ monde)