Accueil L’oulipienne de l’année C’est un soir de vent
Incipits

Page précédente Page suivante
C’est un soir de poésie, de luth, de baisers. Elle lit la "Nuit de mai"
en vignettes.
C’est un soir de halos, de fantômes, de gouttelettes. Elle lit "les
Contes de la lune vague après la pluie" en estampes.
C’est un soir d’ardeur, d’effusions, d’infusions. Elle lit "l’été finit
sous les Tilleuls" en album sur peau de chagrin.
C’est un soir de canicule, de vengeance, d’étouffement. Elle lit" Le
soleil des Scorta" en enluminures.
C’est un soir de feuilles mortes, de mots, d’absence. Elle lit
"l’Automne à Pékin" en mangas.
C’est un soir de bruine, de tendresse, de regards. Elle lit "Quai des
brumes" en photo-roman.
C’est un soir de mélancolie, d’hallucination, de solitude. Elle lit "La
nuit de Décembre", en édition limitée.
C’est un soir de blizzard, de souffrance, de rêves. Elle lit "Les neiges
du Kilimandjaro " en série sur papier glacé.
C’est un soir de frimas, de retraite, de méditation. Elle lit "L’hiver
d’un gentilhomme" en roman graphique sur vélin.
C’est un soir de givre, de livres, d’oulipismes. Elle lit "Si par une nuit
d’hiver un voyageur" en puzzle.