Accueil Les oulipiens de l’année Cité récitée
Ennen et le secret des dés

Page précédente Page suivante

Sept vêpres en bête des déserts mènent en Ennen, l’éden des Vents Éternels.
L’éther sent l’erg et le reg, et recèle des relents mêlés de mer. Des tempêtes se lèvent, emmènent de légers sels gemmes, et en lestent les vêtements. Le texte des légendes berbères prétend : les vents cessent et c’est le tremblement de terre ! Vers les fêtes de l’été, éphèbes et récentes femmes jettent des dés. Telle cette prêtresse de Delphes, les dés pressentent et décrètent les événements : Tel mec et telle femme ensemble, le sexe des bébés, les décès, les enterrements...Et les gens d’Ennen respectent et scellent, en effet, ces décrets. Hébété, je hèle le chef. Ce genre de scènes me rend perplexe. Le berbère relève les lèvres, présente ses belles dents, et me révèle : Le temps présent me pèse, certes, et jeter des dés me rend zen envers l’extrême légèreté de l’être.

(Centres de Mnémé – Hervé Le Teller - Berg)

Monovocalisme.