Accueil L’oulipienne de l’année Je regarde le bistrot
Centon de Bouts rimés sur les mots qui terminent le texte de Ian Monk

Page précédente Page suivante

Comme un vent frais dans un ciel clair
Qui remplit mon coeur de clarté,
Elle arrive à pas lents par une obscure rampe.
Oh l’éblouissement à travers les esprits !
Il me manque une rime en « lampent ».
Longs yeux noirs et jolis,
La vie est close, et nous sommes chez nous.
Un peu de notre chair… nous avions un pourboire.
Au prix d’elle que valez vous,
Dans une onde mauvaise à boire ?
Le rire joue en ton visage.
On ne peut pas franchir l’océan à la nage.

Baudelaire Baudelaire Hugo Verhaeren Monk Anaïs Ségalas Jarry Rimbaud Apollinaire Apollinaire Baudelaire Alphonse Esquiros.