Accueil L’oulipienne de l’année Je regarde le bistrot
Bistrot hybride

Page précédente Page suivante

l’Assommoir du père Colombe se trouvait lumineux clair
de toute la salle montait une fumée d’alcool comme un smog londonien
devant laquelle venaient rêver les ouvriers soûlards
les paupières clignotantes une partie d’elle-même écoutait
la voilà qui se déroulait l’âme en colimaçon
son silence faisait deux petites cornes
se rétractant parfois mais point complètement
quand le jeune homme posait trop longuement le regard sur elle
pendant que le jour se cassait il continua à la regarder de tout près
passionné surtout pour les coins de ses lèvres
des coups de poing sur le comptoir par moments faisaient tinter les verres
il avait de beaux yeux marron
si c’était possible... Il y a encore un idéal, ce serait là devant nous
l’autre est parti sans laisser de pourboire
le père Colombe paisiblement servait
ce sera quoi ? est-ce que tu payes une tournée de vitriol ?
il aurait plutôt bu l’eau du ruisseau
les regards perdus rêvant le bleu de tes yeux ton regard ton visage
si c’était possible... il y a encore un idéal
elle interrogeait ses désirs ne trouvait plus rien de sérieux qui la tentât
ils ne sentaient pas que dans cette solitude
moins d’une heure après qu’ils s’étaient rencontrés
résidait le possible désir d’une vie à deux

Hybridation : À Bourges de Ian Monk, L’Assommoir de Zola, La Dentellière de Pascal Lainé.
Un ensemble de mots significatifs des textes de Zola et de Pascal Lainé est venu s’intercaler dans le poème de Ian Monk.