Accueil L’oulipienne de l’année Cité récitée
Annan - Guide du Routard

Page précédente Page suivante
LA VALLÉE D’ANNAN
ANNAN (ind. tél. : 03542 ; 2340 habitants)
Entre désert et mer, la cité d’Annan, capitale modeste du bien nommé Pays des Vents Éternels, attire la curiosité par son rite annuel du Destin de la Pierre, conté dans le best-seller d’Hervé Le Tellier. La lumière nouvelle sur cette bourgade reculée a entraîné un développement rapide et parfois anarchique du tourisme, mais Annan porte encore (mais pour combien de temps ?) sa douce atmosphère venteuse mêlée au stoïcisme intrigant de sa population.

Comment y aller ?
En chameau
De Lille : moyen de transport éprouvant s’il en est, c’est le seul possible jusqu’à Annan. Prévoir bouteilles d’eau et vêtements adaptés aux grandes chaleurs. Guide conseillé. Compter 3 jours.

Adresse utile
Office du tourisme : place du Destin. Tél 233-965-00. www.annan-tourist.com. Ouvert tous les jours de 8h à 19h. Hôtesses souriantes et polyglottes. Réservations pour le Destin de Pierre.
Où dormir ?
Bon marché
• Camping d’Annan : à l’entrée de la ville, sur les hauteurs d’Annan. Agréable emplacement, magnifique vue sur la cité. Attention : bien attacher sa tente, les vents y sont particulièrement violents. Il est fréquent de voir dans la ville voler une tente d’un touriste peu appliqué.
• Stoned Backpackers : auberge de jeunesse dans une petite impasse à deux pas de la place du Destin. Mieux vaut réserver en haute saison. Pas de carte d’AJ nécessaire. Chambres de huit lits, douches et w.-c. dans le jardin.
Prix moyens
• Hôtel de la Rose : 5 rue Hervé Le Tellier. Accueil sympathique. Petites chambres joliment décorées. Si pendant la nuit vous voyez les murs onduler, pas de quoi s’inquiéter : l’architecture des bâtiments d’Annan est spécialement étudiée pour résister aux vents, on dit même que s’ils cessaient, les murs tomberaient ! Cartes de crédit acceptées.
Plus chic
• Annan Beach Resort : le nouveau complexe touristique sur la plage d’Annan. Malheureusement, celle-ci se révèle impratiquable, et les clients se rabattent sur la piscine intérieure à l’abri des bourrasques. Hôtel tout confort mais sans charme. Prix assez élevés. L’hôtel dispose également de sa discothèque, le Destiny’s Child Club.
• L’ouverture d’un Club Méditerranée est prévue pour juillet 2008.
Où manger ?
Sur le pouce
• Kebab Annan : place du Destin, en face de l’Office du tourisme. Ouvert 24h/24. Idéal pour manger debout le naan au sable local pour un prix très doux.
Prix moyens
• Restaurant de la Rose : attenant à l’Hôtel de la Rose. Salle rustique. Cuisine copieuse et traditionnelle. Avis aux gourmands, la rouille de couleuvre, spécialité de la région y est sompteuse. Lait de chamelle au fenouil offert à nos lecteurs.
Très chic
• La Pierre d’Argent : 7 rue des Vents Éternels. Réservation obligatoire. Derrière une façade qui ne paie pas de mine, on trouve le restaurant le plus réputé de toute la vallée d’Annan. Cuisine gastronomique et impressionante carte de grands crus français. Portefeuille garni requis.

À voir. À faire
*** Le Destin de Pierre : au jour de la première pluie du printemps. L’attraction numéro un d’Annan, qui attire chaque année davantage de curieux. Au cours d’un rituel immuable, chaque enfant de dix ans tire une pierre d’argent sur laquelle est gravée son « destin » : futur époux(se), nombre d’enfants, et même la date de sa mort ! Les habitants d’Annan affirment se conformer totalement à cette prédiction, qu’elle soit prometteuse ou funeste.
* Le Musée du Vent : 2 impasse de la Pierre. Ouvert de 11h à 16h. Fermé les lundi et mardi. Il faut bien le dire, il n’y a pas grand chose à voir dans ce musée. Quelques panneaux explicatifs et instruments de mesure, mais au bout de la visite on a la déagréable impression d’avoir été pris pour des gogos.
* La fête de la pierre : de la dernière semaine de septembre au 1er dimanche d’octobre. La jeunesse annanienne aime oublier son sort scellé lors de cette beuverie annuelle où coule à flots quantité de lait de chamelle fermenté servi dans des pierres creusées. Il est d’usage que chacun apporte la pierre même de son destin.
Achats
Avec le développement touristique de la cité, d’inombrables échoppes se sont ouvertes pour vendre bibelots plus ou moins traditionnels : roses des sables (souvent importées du désert de Wadi Rum en Jordanie), « pierres du destin » en aluminium vendues avec certificat d’origine, Manuel de la Rose des Sables traduit en 12 langues et porte-clés gravés de maximes étranges telles « Subir le plus tragique des destins n’est rien, si l’on se sait innocent de son propre malheur ».