Accueil Les oulipiens de l’année Je regarde le bistrot
Zazie morte d’effroi

Page précédente Page suivante

je regarde le bistrot il est lumineux clair
le corps de l’homme étendu en travers de la porte
nous crève les yeux nous fissure l’esprit et on rampe
sous les tables à la recherche d’une improbable issue
pendant que le jour se casse nos lèvres sèches lampent
nos dernières gouttes de salive au goût de sang
comme mer de possibilités là devant nous
des coups de feu des cris des sirènes se mêlent
et le barman nous fixe nous dit alors vous
pouvez sortir maintenant c’est terminé
le bleu de tes yeux ton regard ton visage
c’est terminé aussi à tout jamais

d’après Ian Monk, 13/11, l’Ankoù butine, 2015.

Une ligne sur deux est conservée du texte original.