Accueil L’oulipienne de l’année C’est un soir de vent
Traverse le vent

Page précédente Page suivante

C’est un soir de vent, de tonnerre et de pluie. Elle est traversée par la pensée d’un jardin aux champs blondissants. Un malheureux séjour d’espoir... la louange digne s’y voit orgueil cependant, avec des regrets plus ou moins antiques, et ici un jardin qui dirait-on attache les vignes dans des monceaux de bois. Par la faveur de ses amis, s’héritent encore de riches récompenses du roi : regretté, encore regretté le trésor des prés verdissants, que le plaisir estime contre Key West où ne tient pierre ni Cassandre, pas plus que ce qui vous promène comme une pensée, ou cette seule terre qui arrive presque à posséder la rive et le fleuve.


D’apès le sonnet de Joachim du Bellay qui a inspiré Michelle Grangaud, l’Oulipienne de l’année 2017.