Accueil L’oulipienne de l’année Traverse la terre
Traduis l’homoconsonantisme

Page précédente Page suivante


Menaçante lueur ne rayonne souvent,
ne crève Bibendum ni dose l’alcali...
Glanderait-elle alors en mélisse myope ?


Extraite du recueil "Bruxelles en Rolls-Royce" (éd. Ichthusson, 1925) cette strophe de Gilbert Farelly est contemporaine du séjour outre-Quiévrain de son ami et mentor Raymond Roussel.
Yvan Maurage est correspondant permanent de Zazie Mode d’Emploi à Bruxelles. Une ancienne publicité belge (on y voit Bibendum qui "traverse la terre") l’a motivé à récrire les trois alexandrins de Farelly en s’appliquant à :
- réduire le tout en un haïku,
- rester fidèle au sens initial,
- reproduire l’ordre les consonnes du poème de Michelle Grangaud :

TRaVeRSe La TeRRe
CeLui Qui PeNSe PoSSèDe
La RiVe eT Le FLeuVe

Cela donne :


Torve rais luit rare,
claque pneus ou pèse soude.
Larve-t-il floue ive ?

Comparons Farelly (1925) => Maurage (2016) :

menaçante lueur => torve rais
Bibendum => pneus
alcali => soude
glander => larver
mélisse myope => floue ive

C’est assez concluant. Serait-il donc envisageable de redire fidèlement n’importe quel texte malgré le carcan d’une suite imposée de consonnes ? Conjecture qu’a aussitôt renforcée, sur la même séquence TRVRSLTRR - CLQPNSPSSD - LRVTLFLV, la quasi répétition d’une autre strophe de Gilbert Farelly par Françoise Guichard :


Trêve au ru :
sol tari,
roc laqué,
pins, épis,
os, idole...
rêve-t-il
fuie la vie ?

... d’après "Calme Senne" (in "Bruxelles en Rolls-Royce", éd. Ichthusson, 1925) :

Calme Senne à Rebecq : une terre fourbue,
un rutilant caillou, mélèzes et froment,
squelettes et démon au plat pays l’endorment...
Éternité perdue ?