Accueil L’oulipien de l’année Chanson de rupture
Tête d’instant

Page précédente
          et bim ! mondes gauches
dans la conversation
          de bar / j’apprends
                                        la dernière
                              faune de la flore —

« soit un moment
à épisodes infra-
minces et petites
boules à facettes toute l’amnésie
, il existe un corps
idéal de comment dire ?
pensées » — c’est très simple, on

se visite à deux
le monstre en accéléré
(tu vois les solutions ?)
, île de Robinson
alternative continue

 : il y a des fleurs tendues à traverser
l’absence — quelque téléphone
comme un truc des moteurs 80
 : « moi ce que j’aime dans le
juke-box c’est le bain stéréo »


          et bim ! mondes possibles
dans la conversation
          de bar / j’apprends
                                        la théorique
                              faune de la flore —

« soit un moment
à épisodes dé-
serts et sexuels
boules à facettes toute l’amnésie
, il existe un corps
privatif de comment dire ?
pensées » — c’est très jusqu’au-boutiste, on

se visite à deux
le monstre en accéléré
(tu vois les solutions ?)
, île de Robinson
perdue triste

 : il y a des fleurs bonnes à traverser
l’absence — quelque téléphone
comme un truc des moteurs 80
 : « moi ce que j’aime dans le
juke-box c’est le bain général »


          et bim ! mondes possibles
dans la conversation
          de bar / je vide
                                        la théorique
                              faune de la flore —

« regarde un moment
à épisodes dé-
serts et sexuels
boules à facettes toute l’amnésie
, il passe un corps
privatif de comment comprendre ?
pensées » — nous sommes très jusqu’au-boutistes, on

s’accoude à deux
le monstre en accéléré
(tu confonds les solutions ?)
, île de Robinson
perdue triste

 : viennent des fleurs bonnes à être
l’absence — quelque téléphone
comme un truc des moteurs 80
 : « moi ce que je m’interroge dans le
juke-box c’est de partir au bain général »

Ce texte lu lors de la GLOBZ 2018 est une auto-chimère progressive, c’est-à-dire une substitution des mots du texte en trois passes : d’abord les noms, puis les adjectifs, enfin les verbes.