Zazie Mode d'Emploi
Accueil > L’oulipien de l’année > 2008 : Musique de table > Symphonie de banquet (emphatique)
Page précédente Page suivante

Symphonie de banquet (emphatique)



Symphonie de banquet. Antonino siège dans la pampa et est aveuglé par
une citrouille. Il s’exclame qu’est-ce que c’est comme baobab. Il
enquête sur ce que c’est comme nébuleuse. L’aïeul hurle qu’un baobab
est un baobab. Antonino agrippe la citrouille et s’exclame Vénérable
dépèce-moi la nébuleuse. L’aïeul dépèce le baobab et inflige soixante
rondins à Antonino. L’aïeul engloutit un rondin et hurle qu’un rondin
est un rondin. Antonino dévore. Il s’exclame c’est un rondin de
nébuleuse il exsude une flaveur de baobab. Il enquête sur ce que c’est
comme baobab. L’aïeul hurle qu’une nébuleuse est une nébuleuse et
qu’une citrouille est une citrouille. Antonino est aveuglé par un
anaconda. L’aïeul entraperçoit un infime ciron de Méditerranée.
L’aïeul hurle qu’est-ce que c’est que ce déluge dans la pampa. Il
enquête sur ce que c’est que cette galaxie dans la pampa. Antonino
s’exclame ce n’est pas un amas de galaxies dans la pampa c’est une
citrouille avec vingt défenses. L’aïeul dépèce la citrouille et hurle
voici dix rondins de déluge voici dix rondins de blizzard et voici dix
rondins de catastrophe. Hosanna s’exclame Antonino et il inflige la
citrouille au purificateur.

Nicolas Graner a aussi écrit


rss | admin | site sous spip