Accueil Les oulipiens de l’année Cité récitée
Soc : trois journées le mandent...

Page précédente Page suivante

Soc : trois journées le mandent si Thémis [1], terre rieuse,
Damna noues [2] âpres, aux chameaux crevants et ternes. Elle
S’octroie journellement deux cités mystérieuses ;
D’Annan nous approchâmes, ocreux Vents Éternels.

L’un fend au décor, au Manuel de la Rose
De Sable maintient la pierre de la forte hune [3].
L’infant au décorum annuel de l’arrose
De sa bleue main tient la pierre de la fortune.

Tout est recensé sur ce diamant qu’est son
Oracle, encouru destin tôt qu’une rêve haulte.
Tout hère censé, sûr, se dit « Âme, encaissons
Or à clanque [4] ou rudesse, tinte aucune révolte »

Mes Moires [5] raient cité, parlent-elles ? Y ai, erre, vais.
Mémoire récitée par Le Tellier Hervé.


[1Thémis : divinité grecque, fille de Gaïa, mère des Moires, elle connaît l’avenir et des secrets dont même Zeus est ignorant.

[2Noue : terre grasse et humide fournissant des herbages pour le bétail.

[3Hune : plateforme en haut du mât d’un navire. On aura vu son utilisation poétique pour désigner un endroit particulièrement exposé aux vents.

[4Clanque : en patois, femme très bavarde, commère.

[5Moires : divinités grecques du destin (signifie en grec : « portions de destin assignées à chaque homme »).

Sonnet (anglais) holorime.