Accueil Les oulipiens de l’année Je regarde le bistrot
Saturation

Page précédente Page suivante

Je regarde le bistrot il est trop triste
comme un trot tranquille et son glauque attribut
nous trotte les yeux nous triture l’esprit et on tremble
là l’un vers l’autre dans nos traits et nos tristesses
pendant que le train se traîne nos attraits secs trahissent
la traite de nos boissons de tes portraits jolis
comme mer de tranquillité là devant nous
l’autre est parti sans traire de pourboire
et le trolleyman nous transcende nous dit alors
vous ce sera quoi ? ce sera pour l’instrument juste trier
la transhumance de tes yeux ton trac ton truc
dans la mer de choses stressantes où on trucide

Cathy Sellam

Saturation en sonorités de bistrot