Accueil L’oulipienne de l’année C’est un soir de vent
Milly

Page précédente Page suivante
Je pense à toi, Milly, farouche poétesse,
Aux landes désertées, de mille vents hurlant,
À ton front lacéré d’un éclair aveuglant,
Au gong du soir feutré par la pluie vengeresse.
 
C’est sur ta page aussi que j’ai lu la tristesse,
Et dans un cadre étroit au bois bringuebalant,
Quand sous les coups de Zeus on me voit sursautant,
Car l’orage a fait un les fils de pluie traîtresse.
 
Je sais pourquoi ce soir le livre s’est rouvert...
C’est qu’Harry l’avait annoté d’un doigt agile
Et de bulles soudain a décoré l’envers.
 
Depuis qu’un mangaka usa d’un stylo bille,
Toujours sous le délié d’un pinceau d’escarbille
Sainte Cathy s’unit à Heathcliff le pervers.

GérHarry Mathews Labrunie.