Accueil L’oulipienne de l’année Diomira, une ville invisible
Les îles invisibles

Page précédente

En partant de Nouvelle-Valédonie et en allant six mois vers l’ouest, vous arriverez en Ponylésie, un archipel avec soixante îles sous le vent. Les arbres y sont considérés comme des dieux vivants, les sentiers serpentent gentiment entre goyaviers et flamboyants. Le matin, les colibris font bruisser leurs ailes, tout doucement.
Tous ces arbres et ces oiseaux, le voyageur les connaît déjà pour les avoir vus aussi dans d’autres îles. Mais le propre de celle-ci est que, si l’on y arrive un soir de juillembre (1), on peut y voir sortir les ponys qui donnent le nom à ces îles. Ils sortent à la tombée de la nuit.
Des ponys, mi-chevaux-mi-colibris, alternent tölt (2) et amble. Les scientifiques s’interrogent encore : comment le tölt islandais a-t-il émigré si loin ? Entre les étoiles qui illuminent leurs danses et le soleil couchant qui lave la mer, nul doute que vous serez heureux en Ponylésie !

Valentyne Dada – Les îles invisibles.

(1) L’arrache-cœur, Boris Vian.
(2) Le tölt : cliquer ici.