Accueil L’oulipien de l’année Vers à soie
Lé vers à souée

Page précédente Page suivante

Lé vers à souée vrédounnent et launlurent dans l’meuri
i n’mouogissent pé lé meures qui sont bllanches et lâques
et qui sont plleines d’eun chucre qui n’peut pé faire dé goutte
lé vers à souée qui sont passious et douoïllis

mastiquent lé fuulles en f’sant eun bri qu’nou dirait d’l’iâo
cha lé lasse pasqu’itou à l’entou d’leus épaôles
i teillent eun p’tit cocon qu’est bi rond aô daïs bouts
à fi d’bave, et là d’sus i s’adorment bi sâos

En dévidant l’cocon nou tire eun raide joli fi d’souée
et d’aveu nou peut faire pour eunn belle dame eunn robe
belle itou et qu’ou met d’aveu biaôcoup d’alleure

Quand ou meurt nou l’aterre dans sa belle robe dé souée
et, d’arryire saison, sû sa tombe nou pllante
eun meuri et déd’dans lé vers à souée launlurent

Traduction en langue du pays de Coutances.
- dans "bllanche", "plleines", etc., le L redoublé se prononce mouillé
- "eun" est entre "heu" et "un"
- "aun" dans "launlurent" se rapproche de "aon"