Accueil L’oulipienne de l’année Crochet à goutte d’eau
Le salut à l’élastique

Page précédente Page suivante

Le granit est compact. Lisse. Superbe.
Parfois, pas la moindre fissure pour le barrer.
Pas le moindre trou pour lui dessiner un œil.
Pas la moindre arête pour l’échancrer.
Il bombe le torse.
Et la voie s’appelle The Shield, le bouclier.

Lorsque les aspérités font défaut et que toute pose de matériel
d’assurage et de progression est impossible,
Il reste un moyen. Unique. Ultime.
La réserve des grands cas.
Encore faut-il de la chance.

Votre chance se nomme épeire réticulée, c’est une araignée.
Elle vit sur le granit, sa toile s’y glisse dans la moindre
écaille.
Son fil possède une résistance égale à 1200 daN.
C’est un fil volant qui n’a rien d’incertain,
Votre édifice de survie en somme.
Sur la dalle, vous repérez la toile.
Vous attrapez au vol l’un de ses filins,
Y accrochez délicatement votre élastique.
Vous respirez.
Vous tirez lentement, il se tend progressivement, votre corps
est bientôt sur le point d’y être suspendu.
Tout geste brutal peut éveiller l’araignée qui couperait alors
votre filin.
Vous avez une demi-seconde pour vous laisser tomber, puis
remonter à l’élastique.
Voilà, vous avez fait un pas de dix mètres.
L’air vibre.
Alléluia.

Extrait de "Mémoires d’un chat d’arête"
Récit apogriffes

Par hzenon