Accueil L’oulipienne de l’année La nuit
Le noir

Page précédente Page suivante

– Le noir... Quand nous aurons allumé les flammes, nous ne pourrons plus voir le noir. Quand il y a les flammes, il n’y a plus que les flammes qui comptent. Les flammes sont des séductrices. Cette nuit, regardez, l’atmosphère a chassé toutes ses nuées pour nous ! Elle a fixé à la voûte ses clous de fonte, avec un croissant élégant en lunule soignée. Il n’en fait que plus frisquet, bien sûr, mais on respire, mais on s’aère, c’est les congés et la colonie des vacanciers ! C’est vrai qu’il manque l’océan, mais l’atmosphère n’est pas mal non plus comme portrait de l’infini. On ne s’attendait pas à partir en congé aussi vite, et peut-être aussi longtemps. Regardez cet astre, je le vois, tu le vois, et pourtant il n’existe plus, s’il faut en croire les résultats des calculs d’Einstein.