Accueil Les oulipiens de l’année Crochet à goutte d’eau
Le granit de salon (texticule turco-tatare)

Page précédente Page suivante
Le granit est un roc.
Il est lisse et luisant,
que ce soit au sec
ou sous l’ondée.
Le granit est orgueilleux.
Oui, oui, il se croit !
Il se donne des airs,
granit de salon,
d’un de Carrare,
qui,
dans la cité des Doges
aux eaux agitées,
oindrait tout entière
la /Ca’ d’Oro/.
Dégustant une /gelata/ granitée,
chez Nico,
au soleil couchant,
sur un quai des /Zattere/,
à l’heure où l’/acqua alta /
s’étend en douce,
tu en ris.
 
Tu as l’as désiré,
cet instant ?
Retourne à la réalité :
il est là,
sous toi,
sur toi,
contre toi,
dans ton ascension,
à te gratter les quilles,
à te racler la couenne,
à t’user la corde,
galet géant glacé
te narguant,
hautain et sournois,
glas de ta randonnée.
Ton crochet à goutte d’eau ?
Tss, tss, garçon,
ce jouet,
il n’en a cure !
Il te guette.
Il t’aura.
Et quand on t’aura enterré,
tout au creux
de quelque sol ingrat,
qui donc sera là,
au-dessus de toi,
lourd et lisse,
raide et rigide,
tout grenu granuleux ?
Ton granit, gars.
Dors !