Accueil L’oulipienne de l’année La nuit
L’âne nuit

Page précédente Page suivante

L’âne nuit... Quand nous aurons attelé les bœufs, nous ne pourrons plus que voir que l’âne nuit. Quand il y a les bœufs, il n’y a plus que les bœufs qui comptent. Le bœuf est un gros Bétizu. Ce soir, regardez, le Marcel a entassé tous ces fourrages pour nous ! Il a fixé le bouvillon, ses Béarnaises de cuivre, avec une Brune élégante, une Normande : des ongulés soignés. Il emmène en plus les biquets, bien sûr, et on transpire, mais on s’arrête, c’est la transhumance et le temps de la transhumance ! C’est vrai qu’il manque la Salers, mais le Marcel n’est pas mal non plus quand il marche en altitude. On ne s’attendait pas à partir en transhumance aussi vite, et peut-être aussi longtemps. Regardez cette étable, je la vois, tu la vois, et pourtant elle ne rapporte plus, s’il faut en croire les fermes qui engraissent à la luzerne.

Jacques Bouvier, « Mes couilles ! gémit le Bétizu » - Arènes éd.

Bétizu, Béarnaise, Brune, Normande et Salers sont des espèces bovines.