Accueil L’oulipienne de l’année La nuit
Homme libre

Page précédente Page suivante

Le nœud... Dès que nous aurons fui, nous ne sentirons plus le nœud. Quand on fuit, il n’y a plus que la fuite qui compte. La fuite est magnétique. Ce soir, regardez, le ciel a chassé tous ses nuages pour nous ! Désintégrés le plafond, les punaises, la lune irradie. Il n’en fait que plus frisquet, bien sûr, mais on respire, on s’aère, c’est l’évasion et le chant de l’évasion ! C’est vrai qu’il manque la mer, mais le ciel n’est pas mal non plus comme image de la liberté. On ne s’attendait pas à s’évader aussi vite, et peut-être pour aussi longtemps. Regardez cette étoile, je la vois, tu la vois, et pourtant elle n’existe plus, s’il faut en croire les accidents de la conjoncture internationale.