Zazie Mode d'Emploi


Un jour vers midi du côté du parc Monceau, calé en la plate-forme
arrière d’un tram quasiment complet de cette ligne S (devenue cent
cinq), je remarquai un personnage édenté au cou très long qui
portait un feutre mou négligé, encerclé d’un déchet de galon natté
au lieu de ganse recherchée. Gêné, cet édenté geignit, gémit et
interpella soudain son voisin en prétendant emphatiquement que
celui-ci faisait exprès de lui écraser les pieds chaque fois que
quelqu’un montait ou descendait. En quête de décence et de détente,
il conclut d’ailleurs rapidement cette altercation afin de se jeter
sur une place devenue libre. Deux heures plus tard, je revis ce
nunuche gelé, nu-tête et en échec devant la station Europe enneigée,
en grand dialogue avec un pote éduqué et entêté qui lui conseillait
d’aménager le décolleté de son paletot en toc, techniquement en en
faisant remonter le bouton d’en haut par quelque tailleur compétent.

Ce texte est une anagramme du texte de Pastior.

Gilles Esposito-Farèse a aussi écrit


rss | admin | site sous spip