Accueil L’oulipien de l’année Je regarde le bistrot
Du bistrot et du granit, dialogue entre Ian Monk et Olivier Salon

Page précédente Page suivante

je regarde le bistrot il est lumineux clair
- Le granit est compact lisse superbe
comme un smog londonien et sa glauque clarté
nous crève les yeux
- pas le moindre trou pour lui dessiner un œil
nous fissure l’esprit
- parfois, pas la moindre fissure pour le barrer
et on rampe
- très lentement
là l’un vers l’autre dans nos yeux et nos esprits
pendant que le jour se casse
- d’un tout petit millimètre
nos lèvres sèches lampent
la musique de nos boissons de tes yeux jolis
comme mer de possibilités là devant nous
- toute progression est impossible
l’autre est parti sans laisser de pourboire
et le barman nous fixe
- il bombe le torse
nous dit alors vous
ce sera quoi ? ce sera pour l’instant juste boire
- au fur et à mesure
le bleu de tes yeux ton regard ton visage
dans la mer de choses possibles là où on nage
- unique ultime / la réserve des grands cas

Ian Monk, À Bourges et des bribes d’Olivier Salon (Crochet à goutte d’eau)