Accueil Les oulipiens de l’année La Peinture à Dora
Croquis sur Dora

Page précédente Page suivante

Au soir surtout, sans trop du tracas commun, j’y consacrais mon travail. Las ! panorama ni portrait, la plupart figura jamais plus d’un instant, laps durant moins parfois qu’un tic-tac furtif. Causant rayons alpha ou gamma, ça allait du Thorium A (0,14’’) au Radium C (3’). Tout croquis disparaissait fissa, à la façon du crachin sur un hublot ; ainsi moult vrais opus absolus sont partis au fil d’un livarot coulant. Quasi toujours, abattu, j’abandonnais, distrayant mon imagination par liquidation du stock. Ou alors, n’abdiquant pas, m’y risquais à transmutation du boulot corrompu, afin qu’apparût un original, issu d’un flash tout autant caduc.

Franck Du Lionnais, Croquis sur Dora - Au Magasin.