Accueil Z’écritoires En sortant des ateliers
Botzibar

Page précédente Page suivante

Drapeau

Le drapeau de Botzibar évoque le désert et les pierres blanches qui donnent leur nom au pays. Selon la légende, ces pierres sont les larmes versées par Kirii Pacha, la fille du Grand Véfour.

Devise

Botzibar, ou « pays des pierres blanches », est un petit pays désertique dont la devise est « Vafrii bak botin ekpitûn Botzibarü », Ce qui signifie en français « Le Grand Véfour a semé ces cailloux pour que nous trouvions le chemin de Botzibar ». Le Grand Véfour est la divinité vénérée par la majeure partie de la population.

Hymne national

Notre terre est aride mais nous l’aimons
Le soc de la charrue n’y pénètre point
Nous mangeons la mousse et les insectes
Qui se cachent sous les pierres

Refrain : Le Grand Véfour a semé ces cailloux
Pour que nous trouvions le chemin de Botzibar
Rendons-lui grâce en chantant et en faisant la ronde

Nous n’avons pas d’autre richesse que notre terre sabloneuse
Mais nous aimons ce pays plus que tout autre
Si des voisins malveillants nous l’enlevaient
Nous nous changerions en pierres

(Au refrain)

Creusons tous ensemble, filles et garçons
Creusons la terre à la recherche de l’eau
Quand nous la trouverons, quelle fête !
Nous planterons des radis et des poireaux

Poésie

La poésie botzibare est très riche. En voici un échantillon :

Terre de paille
Au cul de bois follet
Longs soldats sacrés
Cessez le rouge vif

Archéologie

Cet objet pourrait être un jouet d’enfant représentant une prêtresse du culte véfourien, mais plus vraisemblablement un filet à ortolans qui servait à transporter les oiseaux au marché. On a pu croire également à une baguette de sourcier à six places. Une hypothèse récente évoquait un cadran solaire donnant les douze horaires différents, mais c’est peu probable pour un si petit pays.

Sceau royal de la 1ère dynastie permettant d’imprimer le profil montagneux caractéristique des frontières de Botzibar. En l’absence de végétation et donc de miel, on pense que les cachets de cire étaient remplacés par de la graisse d’ortolan.