Accueil L’oulipien de l’année Cité récitée
Annan, l’orient est rouge

Page précédente Page suivante

Pour atteindre Ya’nan, cruelle est la longue marche ;

Mille vents s’enflent, mille pensées

Qui sont une.

Sa pensée habille nos coeurs, justes et droits,

D’une robe rouge.

Selon sa pensée tours et murailles se soutiennent

Riz et haricots ondulent en mille vagues.

Plus fidèles que les lions de pierre des tombeaux

Les étonnants enfants de la vallée de Ya’nan

Gardiens vivants du texte irréprochable.

Souriant, le grand timonier :

" Heureuses les grues, elles volent, reviennent,

Ignorant les mots été et hiver "